Avoir ou ne pas avoir un accent

Quand on parle d’accent, c’est généralement pour désigner celui de l’autre. Dans une anecdote racontée par Gasquet-Cyrus (2013), un Québécois de passage en France et à qui on faisait remarquer son accent rétorqua : « Pour avoir un accent, il faut être deux ».

Quand on remarque votre accent, c’est souvent pour vous signaler que vous venez d’ailleurs, cet ailleurs étant possiblement géographique (régional ou national) ou social : « On a toujours un accent pour quelqu’un d’un autre groupe linguistique » (Léon et Léon 1997 : 102).

Pourtant, comme Lippi-Green (2012) le remarquait dans son chapitre judicieusement intitulé « The myth of non-accent », celui qui pense ne pas avoir d’accent se berce d’illusion. Il/elle appartient sans doute au groupe linguistique dont il/elle considère la manière de parler comme étant la norme (nationale ou provinciale). Mais rappelons que pour Milroy et Milroy (1985), ce standard n’est qu’une abstraction, un idéal de langue qu’on parvient tout au plus à maintenir au travers de pratiques discursives, médiatiques, et métalinguistiques.

Dictionnaire Robert

Dictionnaire Robert

 Un accent, c’est quoi exactement ?

Objet insaisissable, « concept (socio)linguistique ou catégorie de sens commun ? » (Gasquet-Cyrus, 2013). Le terme est utilisé dans la terminologie des phonéticiens, linguistes et sociolinguistes sans qu’ils s’accordent forcément sur le sens qu’ils lui donnent. Le mot d’accent renvoie à des situations langagières complexes et contrastées, des imaginaires intimes ou partagés. Quand en France, on fait mention d’un accent, c’est aussi bien pour désigner celui d’une région de France que celui de l’étranger, pour parler tantôt de celui du francophone, tantôt de celui du locuteur qui parle le français comme langue seconde. Selon la situation, l’accent contribue à forger une identité collective ou marque du sceau de la particularité.

S’il y a ceux et celles aussi qui dans leur vie changent d’accent comme on déménage d’une maison sonore (le concept de ‘sound house’ vient de Lippi-Green), d’autres jouent de leur accent en virtuoses, en changent au gré du contexte ou de leur interlocuteur, ou encore au sein d’une même conversation (des alternances d’accents ?). Ces changements ne sont pas anodins, et passent encore moins inaperçus. Car comme le rappelle Henri Boyer (2015), « si l’‘accent’ relève bien de la variation sociolinguistique, il relève surtout d’une évaluation de cette variation. » Tout individu présentant un accent est ainsi évalué, de manière consciente ou non, par un auditoire [i] : en termes de naturel (l’accent est-il authentique / forcé), d’affiliation (fait-il/elle partie des nôtres ?) et de légitimité (a-t-il/elle le droit d’afficher un tel accent ?). Souvent cet individu sera la cible d’un phénomène d’accent profiling. Boyer (2015) raconte ainsi ce savoureux échange entre une journaliste de France 2 et la spectatrice d’un concert de David Hallyday :

              –   Mademoiselle ça se passe comment la Fête de la Musique pour vous ce soir ?

              –  C’est génial on s’éclate c’est super

              –  Vous venez d’où pour avoir cet accent ?

              –  Je viens du Lot-et-Garonne

             – Vous avez fait tout ce chemin pour ce soir ?

            – Je travaille sur Paris mais depuis huit ans

           – C’est une chance !

Si les accents méridionaux arrivent régulièrement au top des accents français jugés les plus sympathiques, ou les plus sexy[ii],  les témoignages de discriminations provenant d’acteurs, d’enseignants ou de fonctionnaires sont légion (voir entre autres Gasquet-Cyrus 2012, Weck 2008). Pour ceux qui s’intéressent aux accents, ces témoignages sont essentiels, tant ces expériences vont à l’encontre du droit le plus fondamental de l’individu d’exprimer une identité personnelle et collective sans être stigmatisé, humilié ou se voir refuser l’accès d’une pratique, une profession, ou un statut.

À l’heure où il semble faire peu de doute que toute discrimination raciste et sexiste ne peut être tolérée (et est condamnable par la loi), la discrimination par l’accent resterait-elle une forme de discrimination acceptable ?

G.P.

[i] Cet auditoire peut être constitué d’interlocuteurs ou de publics divers qui partagent parfois leur opinion de l’accent d’un(e) chanteur/chanteuse, acteur/actrice, homme/femme politique, etc. Quelques exemples récents de ces dernier cas :

The Guardian – « Talking tactics: Rihanna and the pop stars who change accent »
https://www.theguardian.com/music/2016/feb/04/talk-that-talk-rihanna-the-cunning-linguist

France Bleu – « “Marseille” : clichés ou vérités ? On décortique la série » (voir en particulier la section L’accent marseillais) https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/cliches-ou-verites-decortique-la-serie-marseille-1462803266

[ii] http://www.lepoint.fr/insolite/l-accent-toulousain-est-le-plus-sexy-de-france-28-01-2013-1620965_48.php

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search